Salies-de-Béarn...La cité du sel

 ruelle très étroite

Le Saleys dans son lit

Belle demeure béarnaise

ruelle fleurie

Maison ancienne

Place du Bayàa

entrée des thermes

Cascade en centre ville

Les thermes

 Visiteurs

 

 

Où se trouve Salies de Béarn ?

Dans le Sud-ouest de la France, près des Pyrénées. Principales villes : Orthez, Pau, Bayonne, Biarritz qui sont reliées par une autoroute. Une petite heure de voiture suffit pour se rendre sur la cote basque, surfer sur les vagues de l'Atlantique et dans les Pyrénées, pour effectuer de magnifiques randonnées.

Une histoire, une légende

On raconte que Salies-de-Béarn est née dès l'âge de bronze, plus de mille cinq cents avant Jésus-christ. Un groupe d'hommes s'installa dans un marécage insalubre, le défricha et l'assainit, sans savoir qu'un trésor salé se trouvait sous ses pieds !

Cependant, le document écrit le plus ancien évoque la naissance de Salies aux environs de l'an Mil. Le sel, symbole de la cité, apparaît à deux reprises. Les découvertes de vestiges de poteries et de fours témoignent de son exploitation par les Gallo-Romains du 1er au IVe siècles avant Jésus-Christ. Dès le XIe, il existait à Salies une poêle à fabriquer le sel.

Aujourd'hui : c'est une station thermale appréciée, Salies voit passer 2700 curistes dans l'année, contre 1700 à la fin des années 80. L'été attire un flux de touristes important puisque "on assiste à un doublement de la population dès qu'il fait un peu gris, entre la mi-Juillet et le mois d’août". Ville de caractère où les vieilles pierres du XVIIe siècle ont arrêté le temps.

La cité du sel

Depuis 1980 tous les seconds week-ends de septembre, Salies organise sa "fête du sel". C'est que cet or blanc a fait la fortune de la ville. Quinze siècles avant notre ère déjà, la source d'eau salée était exploitée, par les hommes préhistoriques de I'âge de bronze.

Au Moyen Âge naquit la "Corporation des parts-prenants", qui existe toujours : Les habitants, groupés autour de cette richesse naturelle organisèrent la répartition de l'eau salée, pour éviter l'anarchie et la loi du plus fort. En 1587, une charte réglemente définitivement cet usage du sel : elle est rédigée par les Salisiens, collectivement propriétaires de leur fontaine. Au fil des siècles, les parts-prenants ont dû défendre leurs droits contestés par les voisins basques, Espagnols, souverains du Béarn d'abord, puis rois de France et de Navarre. Mais la Révolution elle-même ne pu faire disparaître cette copropriété du Bayaà. La fin du monopole de vente entraînant la concurrence du sel marin, les parts-prenants s'orientèrent vers le thermalisme, dès le milieu du XIXe siècle.

La fête du sel permet de reconstituer l'animation qui se déroulait à cette époque pour le tirage de l'eau salée. Les courses des porteurs de sameaux pour déverser le sel dans le coulédé, (auge en pierre), durant la Fête du sel rappellent que l'exploitation de cet or blanc resta longtemps individuel. Rue Pont-Mayou, on peut admirer un coulédé, dernier exemplaire authentique : Il alimentait en eau salée, par un canal souterrain en bois les réservoirs aménagés dans les ateliers des façonneurs de sel.

La place du Bayaà est au cœur de la cité construite en forme de coquille d'escargot autour du bassin à ciel ouvert où l'on puisait l'eau salée suivant un rituel très réglementé. En 1867 ce bassin a été recouvert. La crypte abrite aujourd'hui encore la source d'eau salée. Pour des raisons de sécurité elle ne se visite plus. Des photos permettent de voir les voûtes de style roman supportant la construction. Une reproduction à l'aide de documents d'archives montre l'architecture et l'animation de ce bassin au moyen âge.

La légende du sanglier

Place du Bayaà, une fontaine lui rend hommage : un sanglier serait à l'origine de la naissance de Salies. Transmise par les auteurs des XVIle et XVIlle siècles, une belle légende raconte l'histoire de ce sanglier blessé grièvement par les chasseurs, "dans un marais bourbeux". Il parvint à s'enfuir, et mourut plus loin. Lorsqu'il fut retrouvé, son corps portait les traces d'une pellicule blanche : c'était du sel, provenant de l'eau du marais. En s'évaporant, elle avait déposé ces cristaux. "C'est à cette découverte que la ville de Salies doit son origine", conclut la légende. Datant de 1927 et ornée d'une porte gothique rapportée, la fontaine du sanglier est devenue l'emblème de la cité. Au-dessus de la tête sculptée de l'animal, on peut lire ces quelques mots : "Se you nou y eri mourt, arrès n'y bibéré", c'est-à-dire : "Si je n'y étais pas mort, personne n'y vivrait".

 Visitons la ville

Le Saleys, petite rivière calme, serpente la Cité du Sel. Tout au long de ses berges se dressent des maisons à colombages sur pilotis.

La vieille ville recèle des trésors pour les amoureux des pierres. Ses ruelles fleuries, restaurées et embellies, bordées de maisons du XVIIe et XVIIIe siècles plongent les promeneurs dans un monde aux effluves romantiques.

Les Thermes, construits en 1857, harmonisent gaiement leur architecture de style mauresque aux paisibles allées du jardin public dont les grands arbres verdoyants et le kiosque voient se produire de nombreux groupes durant les chaudes soirées d'été.

La place du Bayaà, au cœur de la Cité, est animée chaque, jeudi par un vaste marché vivant et coloré. Nichée dans un angle de la place, la fontaine du Sanglier rappelle la légende de Salies.

Deux musées apaisent la curiosité de tous ceux en quête de l'histoire de Salies et de sa fontaine salée. Le musée des arts et des traditions, de style Renaissance, retrace 3000 ans de l'histoire locale. Au sein de la vieille ville, la Maison Darrémoudine, datant du début du XVIle siècle, a été entièrement restaurée. Ce musée, véritable mémoire de l'épopée du sel, contient un atelier authentique de façonneur de sel, tel qu'il en existait autrefois dans les maisons de Salies.

 Salies station thermale

L'établissement Thermal est le centre du bien-être grâce à la source magique de Salies. La renommée des eaux salées a depuis longtemps franchi les frontières, et leurs qualités sont unanimement reconnues et saluées par les professionnels et les touristes. Ouverts toute l'année, les Thermes traitent principalement la rhumatologie, la traumatologie, la gynécologie et la pédiatrie.

Le climat sédatif et tempéré contribue souvent au succès de la cure. Une ambiance "famille" règne au sein des Thermes. Le relationnel y est en effet particulièrement privilégié, complété par la gentillesse légendaire des Salisiens !

 7 FOIS PLUS SALÉE QUE L'EAU DE MER

Par leurs propriétés excitantes et stimulantes, les Eaux de Salies-de-Béarn, chlorurées sodiques fortes, associées à des Eaux Mères riches en brome et magnésium, aux effets sédatifs et relaxants, sont des eaux dont la minéralisation totale est de 375 g par litre, dont 245 grammes de chlorure de sodium.

Puisée à la source " REINE JEANNE ", cette eau chlorurée sodique forte, bromo-iodurée, magnésienne et ionisée, contient par litre d'eau :

-250 grammes de chlorure de sodium
-980 milligrammes de magnésium (la plus forte proportion de toutes les eaux minérales inventoriées à l'échelon mondial)
-les 25 éléments minéraux du tableau de Mendeleïev sont présents, certains sous forme ionisée.

LES EAUX MERES

Ce sont des eaux naturelles extraites de l'eau thermale, partiellement délestée du Chlorure de Sodium. Véritable concentré de l'eau thermale, elles sont plus fortement minéralisées en Brome et Magnésium et jouent un rôle important dans la sédation des douleurs.

Pour terminer la visite de cette charmante cité attardons-nous sur les recettes locales et en particulier la Poule au Pot de notre bon roi Henri IV

Recette

Dans un bouillon de bœuf, de jarret de veau ou de jarret de jambon mis en train, mettre des légumes (carottes, poireaux, oignon piqué de girofle), un bouquet garni et une poule farcie.

La farce est préparée avec de la mie de pain trempée dans du lait, les abats de la poule (foie, cœur, gésier), de la chair à saucisse, du jambon de Bayonne. Ajouter ail, persil, échalote, œufs battus, sel, poivre.

Faire cuire 3 heures à feu très doux. Faire un riz avec le bouillon de poule. Servir la poule avec ses légumes, le riz et une sauce tomate.

A accompagner d'un vin rouge Béarn

 

E-mail : daniel.bergero@wanadoo.fr

 Retour au sommaire